Bienvenue sur le site de la ville

Bannière
Accueil > Actualité > Prévention : frelons asiatiques
 
Retour au listing

Environnement

Prévention : frelons asiatiques

 

Espèce invasive, les frelons asiatiques sont des prédateurs redoutables pour nos abeilles ouvrières. Ils peuvent aussi s’avérer très dangereux pour l’homme s’ils se sentent menacés. Capables de procéder à une attaque collective, il est indispensable prendre des précautions à proximité d’un nid.

 
 
 
 

Comment le reconnaître ? 

Ne pas confondre un frelon asiatique avec un frelon européen n’est pas forcément facile car il faut déjà avoir le courage de s’en approcher pour l’observer… De nombreux sites répertorient des photographies et des fiches descriptives. En résumé, il est plus petit que notre frelon européen (1,5 à 2,5 cm), ses pattes sont jaunes et son thorax brun/noir. Les nids sont quant à eux facilement repérables : sphériques, ils peuvent atteindre 80 cm de hauteur - le frelon européen se contenant d’un habitat de 40 cm.

 

Le signaler pour lutter contre son invasion 

Le Muséum national d'histoire naturelle (MNHN) réalise l'inventaire des nids de frelons asiatiques à l'aide d'un formulaire en ligne ou d'une fiche téléchargeable sur le site web de l'INPN.

Cet inventaire est important car il s'agit de l'un des principaux outils de l'étude de l'invasion : il permet de mieux appréhender et contrôler l'expansion de l'espèce en France, de vérifier l'efficacité des systèmes de lutte locaux ou à plus grande échelle et de prévoir les zones qui seront envahies dans les années à venir.

 

Que faire à la découverte d’un nid de frelons ? 

Le frelon asiatique est plutôt discret et n’est pas agressif envers l’homme tant que ce dernier ne s’approche pas de son nid. S’ils se sentent menacés, ils peuvent procéder à une attaque collective, il est donc important de prendre des précautions lors de la taille d’une haie ou de la destruction d’un nid.

Dans tous les cas, ne vous approchez surtout pas du nid et avertissez toutes les personnes de votre entourage susceptibles d’aller dans la zone où il se situe.

La seule chose à faire est de contacter les pompiers. Ils interviendront si le nid comporte un risque (s’il se situe par exemple près d’une école ou dans un lieu public). Sinon, ils vous redirigeront vers une société privée spécialisée qui se chargera de le détruire.

Il n’est pas conseillé d’essayer de les piéger avec une fabrication artisanale car souvent, abeilles, guêpes, frelons européens et autres petites bêtes très utiles pour notre écosystème se retrouvent eux-aussi piégés. Certaines techniques fonctionnement néanmoins pour protéger les ruches de leurs attaques : les poules - prédateurs naturels, les grilles fines empêchant leur passage…

 

Que faire si je me fais piquer ? 

La piqure du frelon asiatique n’est pas plus dangereuse que celle du frelon européen ou d’une guêpe. Pour les adultes ne présentant pas d’allergie ou de fragilité, une seule piqûre représente peu de risques pour la santé.

Si le dard est toujours incrusté dans la peau, il faut l’ôter et appliquer un désinfectant local. La rougeur et le gonflement au niveau de la piqure sont des conséquences normales qui vont s’atténuer petit à petit.

 

Attention toutefois :

- si la douleur persiste ou si la zone atteinte s’étend, il est préférable de consulter un médecin.

- les personnes allergiques au venin d’hyménoptère sont les plus fragiles. Une simple piqûre peut conduire à un décès. En cas d’allergie, contactez au plus vite les services d’urgences pour une hospitalisation rapide.

- les personnes piquées plusieurs fois simultanément : elles doivent se faire examiner et peuvent dans certains cas être hospitalisées.

- l’emplacement de la piqure : si elle est placée au niveau de la bouche ou de la gorge, le gonflement peut provoquer un étouffement. Contactez les services d’urgence.

 

 

Certaines abeilles ont commencé à mettre au point une stratégie de défense stupéfiante : lorsque le frelon asiatique s’approche, un grand nombre d’entre elles l’entourent en volant, leurs ailes font chauffer l’air jusqu’à 45°C, ce qui cause la mort de l’indésirable par hyperthermie (les abeilles résistent à des températures supérieures).

Les abeilles sont pleines de ressources !