Bienvenue sur le site de la ville

 

Accueil > Actualité > Cérémonie du 11 novembre
 
Retour au listing

Devoir de Mémoire

11Nove.

Cérémonie du 11 novembre

 

Publiée le 11 novembre

 

Le 11 novembre 2021, le Maire, Philippe Guiguen, a célébré la commémoration de l’Armistice du 11 novembre 1918 lors d’une cérémonie au Monument aux Morts pour la France.

 

Cette cérémonie s’est déroulée en présence des élus de la ville Bertrand Coquard, Conseiller départemental, de Martine Plassart, Adjointe au Maire déléguée à la culture, à la citoyenneté et aux cultes, de Marc Lerouge et Nicolas Hue, représentants des deux groupes d’opposition municipale, ainsi que des représentants des associations d’Anciens combattants pour le dépôt des gerbes et le temps de recueillement.

Les Clétiennes et les Clétiens étaient invités à observer une minute de silence à 11h pour honorer la mémoire de tous les Morts pour la France.

 

 

Pour le Devoir de mémoire, le Maire s’adresse aux Clétiennes et aux Clétiens :

 

Messieurs les Présidents des associations d’anciens combattants,

Messieurs les Porte-drapeaux,

Mesdames et Messieurs les Représentants des corps constitués,

Mes chers collègues élus,

Mesdames, Messieurs,

 

Nous sommes réunis aujourd’hui pour célébrer la mémoire des « Morts pour la France ».

Le 11 novembre 1918, à la même heure, les clairons sonnaient le cessez-le-feu mettant fin à une guerre que les Français dénommèrent aussitôt la « Grande Guerre ».

 

Malgré les années écoulées et les nombreux traumatismes qui ont marqué, depuis, l'ensemble du XXe siècle et le début du XXIe, la « Grande Guerre » occupe toujours une place bien particulière dans notre mémoire collective.

 

Ces quatre années auront amené des bouleversements comme rarement dans notre histoire. Un tournant marqué par la mort de millions d'hommes sur les champs de bataille.

Plus de 60 millions de soldats ont pris part à ce conflit. Plus de 18 millions de personnes sont mortes, et plus 21 millions ont été blessées.

 

La victoire a été acquise grâce à ces hommes que nous ne voulons pas oublier. Ils ont rejoint l’immense cortège de tous ces combattants anonymes qui ont su quitter ce qu’ils avaient de plus cher pour défendre leur terre, leur famille, leur pays, notre Nation.

Ce sont tous ces anonymes, tous ces inconnus que la République a voulu honorer en inhumant sous l’Arc de Triomphe, le corps d’un soldat non identifié.

 

Dès la fin de la « Grande Guerre », la date du 11 novembre s'imposa comme le symbole d'une France qui surmonte l'épreuve.

 

Le 11 novembre 1923, André Maginot, pour la première fois, raviva la flamme sous l'Arc de Triomphe, instituant une tradition qui perdure encore aujourd'hui et dont nous célébrons cette année le 98ème anniversaire.

 

Preuve du bilan terrifiant de cette guerre, nous avons presque tous une histoire qui se raconte dans la famille et dans laquelle on apprend la mort au champ d’honneur d’un parent.

 

A l’heure où les témoins de la « Grande Guerre » ont disparu, les monuments aux morts érigés dans les communes de France permettent d’inscrire dans l’éternité de la pierre et de nos paysages le souvenir de ces combats et l’hommage de notre Nation aux victimes.

Celui devant lequel nous nous recueillons aujourd’hui témoigne du lourd tribu payé par notre Ville des Clayes-sous-Bois : 23 Clétiens ont donné leur vie pour la France lors de ce conflit.

 

Au-delà de ces stèles, il est de notre rôle à tous, de notre devoir, de perpétuer cette mémoire auprès des nouvelles générations. Une mémoire mondialisée et pacifiée. Il nous faut porter un message de paix vers la jeunesse : la transmission doit être placée au centre des commémorations.

 

Je salue à ce titre, la présence parmi nous de Madame Marie Hurlevent, enseignante d'histoire-géographie au collège La Fosse aux Dames, qui a choisi de venir avec plusieurs de ses élèves de 3ème pour commémorer, ensemble, cette date historique.

 

Parce que la mémoire des hommes peut être courte, c’est la raison, ô combien essentielle, pour laquelle la mémoire de cet évènement est un devoir, pour laquelle le souvenir et l’hommage qui sont rendus envers les victimes doivent être à la fois maintenus et reconnus.

 

Il nous appartient surtout aujourd’hui, à toutes et à tous, de nous souvenir de ce 11 novembre 1918, de cette paix que chaque concitoyen croyait alors éternelle. Elle fut pourtant brisée à peine une 20aine d’années après...

 

C’est pour cela que nous devons :

Nous souvenir du courage de nos soldats et des combattants étrangers ;

 

Nous souvenir de la volonté de notre pays, des souffrances partagées des Français durant quatre années.

 

Nous souvenir de la force de la République, qui jamais ne plia, et du triomphe de ses valeurs.

 

Nous souvenir de nos soldats tombés ces dernières années sur les théâtres d’opérations extérieures pour perpétuer l’héritage de leurs aînés.

 

Cette journée du 11 novembre est dédiée à la fraternité entre les peuples et à la paix.

Elle invite à la réflexion que chacun d’entre nous doit conduire sur la nécessité de préserver cette paix, de défendre les fondements de notre République, de l’Europe, et de garantir la place de la France dans le monde.

 

Aux hommes et aux femmes morts pour la France, à tous leurs compagnons d'armes, à celles et ceux qui continuent de porter leur mémoire, nous exprimons aujourd’hui notre reconnaissance éternelle et notre solidarité.

 

Ce matin, rendons un hommage solennel aux soldats « Morts pour la France » en cette année 2021. Ils sont morts en servant la France et en défendant les valeurs du monde libre :

- Colonel Sébastien BOTTA, commandement de la défense aérienne et des opérations aériennes, mort pour la France en Egypte, le 12 novembre 2020

- Maréchal des logis Teberii MAURI, 1er régiment des chasseurs, mort pour la France au Mali, le 28 décembre 2020

- Brigadier Dorian ISSAKHANIAN, 1er régiment des chasseurs, mort pour la France au Mali, le 28 décembre 2020

- Brigadier Quentin PAUCHET, 1er régiment de chasseurs, mort pour la France au Mali, le 28 décembre 2020

- Sergent-chef Yvonne HUYNH, 2e régiment de hussards, morte pour la France au Mali, le 2 janvier 2021

- Brigadier-chef Loïc RISSER, 2e régiment de hussards, mort pour la France au Mali, le 2 janvier 2021

- Sergent Maxime BLASCO, 7e bataillon des chasseurs alpins de Varces, mort pour la France au Mali le 24 septembre 2021

 

Vive la République ! Vive la France ! Vive l’Europe !

 

 

Consultez le message de Madame Geneviève Darrieussecq, Ministre déléguée auprès de la Ministre des Armées, chargée de la Mémoire et des Anciens combattants

 
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •