Bienvenue sur le site de la ville

 

Accueil > Actualité > Célébration du 8 mai 1945
 
Retour au listing

Devoir de Mémoire

8Mai

Célébration du 8 mai 1945

 
 
 
 

Publiée le 8 mai

 

Devoir de mémoire - Cérémonie pour la célébration du 8 mai 1945 :

 

Le 8 mai 2021, le Maire, Philippe Guiguen, a célébré la Victoire du 8 mai 1945 lors d’une cérémonie au Monument aux Morts pour la France.

 

Cette cérémonie s’est déroulée sans public, dans le respect du protocole sanitaire, en présence d’une délégation réduite d’élus de la majorité et de l’opposition ainsi que de représentants des associations d’Anciens combattants pour le dépôt des gerbes et le temps de recueillement.

 

Les Clétiennes et les Clétiens étaient invités à observer une minute de silence à 11h, à leurs domiciles ou sur leurs lieux de travail, pour honorer la mémoire de tous les Morts pour la France.

 

Pour le Devoir de mémoire, le Maire s’adresse aux Clétiennes et aux Clétiens :

 

« Mesdames, Messieurs,

Chers amis,

 

Nous célébrons aujourd’hui le 76ème anniversaire du 8 mai 1945, date marquant la victoire des alliés sur l’Allemagne nazie.

 

Geste du souvenir, excluant tout sentiment de rancune ou de revanche, nous célébrons la fin, en Europe, d’un conflit sans précédent par le nombre de victimes, qui atteint le chiffre inconcevable de 55 millions d’êtres humains ;

sans précédent par l’importance des destructions matérielles, laissant un continent tout entier, en ruine ;

sans précédent par les abominations qui ont été infligées aux populations civiles ;

sans précédent par le niveau de barbarie atteint, qui a fondé l’extermination de millions d’hommes et de femmes, sur le seul et ignoble prétexte qu’ils étaient différents.

 

Nous célébrons la fin d’un conflit dont l’horreur a dépassé l’imagination et pour rendre hommage à ceux qui se sont levés pour défendre la liberté au péril de leurs vies.

 

Le 8 mai 1945, cinq années après la défaite de 1940 et l’humiliation causée par la collaboration du régime de Vichy avec l’occupant, la présence de la France à la capitulation de l’Allemagne nazie illustrait le rétablissement de l’état de droit en même temps que la reconnaissance de la participation décisive des Forces Françaises Libres et de la Résistance à la reconquête de notre pays.

 

Nous rendons hommage au courage de nos concitoyens, au sacrifice de toutes celles et de tous ceux qui ont donné leur vie afin que notre Nation retrouve son rang en même temps que son honneur et sa liberté.

 

Sur différents continents, en Afrique Noire, en Afrique du Nord, dans le Pacifique, en Italie, en France puis en Allemagne, les Forces Françaises libres se sont battues, pied à pied, pendant cinq années aux côtés des troupes alliées.

 

Elles furent précédées et rejointes par les combattants de la Résistance dont le courage et le sacrifice facilitèrent l’avancée des troupes libératrices et la réhabilitation de l’honneur du peuple français.

 

Rendre hommage aux combattants de la Seconde Guerre mondiale, c’est bien sûr d’abord fêter la victoire des forces alliées, la victoire des valeurs humanistes et démocratiques sur une idéologie raciste et criminelle.

 

C’est également se souvenir, en permanence, de toutes celles et ceux qui ont payé de leur sang le prix de la reconquête de notre liberté.

 

S’il est vrai que les hommes meurent deux fois, la première fois le jour de leur décès physique, la seconde fois lorsque plus personne ne parle d’eux, ce Devoir de mémoire est nécessaire et doit nous tenir à cœur.

 

L’histoire de notre pays, au cours des siècles, a semé sur le calendrier des dates commémoratives destinées à rappeler les joies ou les malheurs de nos concitoyens.

 

Le 8 mai 1945 sert à raccrocher, au passé de notre peuple, des générations pour lesquelles la Seconde Guerre mondiale risque d’être, au mieux un sujet du bac, au pire des films de guerre ayant mal vieillis ou simplement des jeux vidéo, si un jour des commémorations de ce type venaient à disparaître. Cette disparition, si elle se produisait, nous éloignerait simplement de toutes nos valeurs.

 

En cette veille de la Journée de l’Europe, nous devons garder à l’esprit que tant que l’Europe sera en paix, tant qu’elle servira d’abri à des peuples respectant le pluralisme des opinions, des croyances, des choix de vie, il se trouvera toujours des citoyens pour se réunir afin de célébrer cet anniversaire.

 

Nous avons toutes et tous en commun ce sentiment d’appartenir à la France, la sensation d’être des citoyens européens et une certaine perception de l’humanité qui nous fait réagir devant la violence, la barbarie et le non-respect de la personne humaine.

 

Cette humanité qui, malheurs après malheurs, se renforce, dans l’avenir, tant qu’elle garde la mémoire des racines qui relient entre elles les générations et les peuples, par l’enseignement toujours répété de l’horreur de la guerre et de la douceur de la paix.

 

Le 8 mai nous permet de réfléchir sur la douleur des évènements passés, mais aussi actuels et hélas futurs.

 

Si le souvenir des victimes de la Seconde Guerre mondiale se doit d’être préservé et transmis, la défense de la personne humaine, du pluralisme, de la démocratie, est faite également de centaines de réactions, quelles que soient leurs formes, contre le racisme, l’antisémitisme et les intolérances de toutes sortes.

 

L’esprit de ce jour n’est pas fait que du souvenir, il est aussi fait d’un état de vigilance et de veille humanitaire qui habite ou devrait habiter chacun d’entre nous.

 

En souhaitant avec vous, qu’un jour, l’histoire soit simplement la leçon de la lente progression des peuples vers le bonheur, et non l’étude ennuyeuse des drames écoulés.

 

Par cette minute de silence que nous avons observé aujourd’hui à 11h, nous avons honoré la mémoire des victimes ainsi que de celles et ceux qui ont combattu pour la France : nous avons fait pleinement notre devoir de citoyens, des citoyens qui savent ce qu’a coûté la liberté dont ils jouissent aujourd’hui.

 

Vive la République, Vive la France, Vive l’Europe ! »

 

Consultez également le message de Geneviève Darrieussecq, Ministre déléguée auprès de la Ministre des Armées, chargée de la Mémoire et des Anciens combattants.

 
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •