Espace citoyens

Espace famille




Facebook
Facebook
Les Clayes-sous-Bois
Twitter_logo2
Twitter
Les Clayes-sous-Bois

Clayes TV


Espace Privé

Les bonnes pratiques

Les recettes vertes de la rédaction

Engazonner plutôt que désherber

HerbeAvoir une jolie pelouse sans avoir recours aux herbicides toxiques ou pire, en passant des heures à arracher pissenlits et autres herbes folles pour les voir réapparaître quelques jours plus tard, c’est possible ! La meilleure solution, c’est de repartir de zéro et planter du gazon. Très résistant, il empêchera les mauvaises herbes de s’installer en suivant quelques règles simples quant à son entretien :

  • La tonte : elle doit être régulière mais préserver environ 8 centimètres de hauteur pour ne pas affaiblir le gazon.
    Une tonte rase laisse toute la place aux mauvaises herbes qui peuvent en quelques semaines reprendre le dessus.
    Si votre tondeuse est équipée d’un système de mushing, c’est l’idéal : les résidus de la tonte laissée sur votre pelouse l’enrichiront aussi efficacement qu’un engrais. Si non, garder les résidus de tonte pour pailler vos arbustes et vos parterres de fleurs ou réaliser un compost, toujours utile au jardin.

  • La première année, pour favoriser l’enracinement et assainir votre terre, épandez un engrais pour gazon.
    Vous trouverez facilement dans n’importe quelle enseigne de bricolage ou de jardinage des engrais naturels ou éligibles à l’agriculture biologique. Ils sont très efficaces. Leur seul inconvénient : l’odeur…

L’engazonnement peut aussi être réalisé à la place de vos allées en graviers ou en dalles où les désherbage, sans avoir recours à des produits peu cléments pour l’environnement, est très difficile.

Autre option si vous préférez maintenir vos allées en dur, vous pouvez venir à bout des mauvaises herbes avec une solution très efficace et qui ne vous coûtera rien : verser de l’eau bouillante – par exemple, l’eau de cuisson de votre plat de pâtes – sur les racines dégagées qui cuiront ainsi en profondeur !


Comment fabriquer son insecticide bio

Deux recettes, faciles à réaliser et très peu onéreuses, permettent de lutter contre certains nuisibles du jardin.

- Le purin d’orties Orties : très efficace contre les pucerons du rosier par exemple.

Trempez des feuilles d’orties dans l’eau pendant une bonne semaine dans un seau ou un arrosoir. Ajoutez ensuite de l’eau pour diluer la décoction et pulvérisez la sur les plantes à pucerons. Comptez 1 kilo d’orties pour 10 litres d’eau. Appliquez au pulvérisateur sur les feuilles.

- Le marc de café : très efficace comme répulsif pour les escargots, les limaces, les pucerons mais aussi les chats. Disposez-le au pied des plantes. Le marc de café possède de très nombreuses vertus au jardin mais aussi pour la maison ou comme soins de beauté : à découvrir sur www.consoglobe.com

Je lombricomposte !

LombricompostTrier ses déchets et permettre le recyclage d’une partie de ceux-ci, c’est aujourd’hui ancré dans nos habitudes quotidiennes. Mais la poubelle dédiée aux ordures ménagères est encore trop souvent encombrée de nos restes alimentaires et de déchets organiques qui peuvent très facilement être recyclés via le composteur.

Un des plus répandu est le lombricomposteur. Les vers, fidèles auxiliaires des jardiniers, y transforme vos déchets organiques en bonne terre très fertile utile au jardin.

Pas besoin d’investir dans un matériel relativement coûteux : vous pouvez le fabriquer vous même à l’aide de 3 bacs en plastiques empilables.

À vous de jouer en suivant cet extrait du guide édité par Natureparif et en partant à la chasse aux vers !

Empilez trois bacs percés au fond, d’environ 15-20 cm de hauteur chacun, ou des pots de plantation de 40 cm de diamètre ; votre composteur est prêt. Il vous suffit ensuite de mettre vos déchets organiques dans le compartiment du bas avec les vers, puis lorsqu’il est plein, dans celui au-dessus. Lorsque les vers auront terminé de dégrader la matière dans le compartiment inférieur, ils migreront tout simplement vers le haut. Pour que la décomposition se passe bien, l’humidité doit être constante : arrosez et couvrez le compost pour qu’il ne sèche pas trop vite. Apportez des matières sèches (feuilles mortes, cartons…) dans les mêmes proportions que les matières humides pour équilibrer le compost et éviter tout problème d’odeur. Il sera prêt au bout de quatre à huit mois ; il est alors fin et friable et dégage une odeur agréable de terre de forêt. Le lombricomposteur peut être placé à l’extérieur ou dans la maison.

Un mois de septembre au jardin

Recuperateur d’eau

Si vous vous êtes bien reposés cet été c’est tant mieux car tout jardinier qui se respecte a un mois de septembre très chargé !

Presque toutes vos plantations ont besoin de soins en septembre. C’est le mois idéal pour engraisser ou planter le gazon, tailler les arbres, les fruitiers et les haies, semer les légumes d’hiver dans le potager, réaliser les boutures… C’est aussi le mois parfait pour planter de nouvelles essences : les arbres pourront s’enraciner pendant l’hiver et vous leur assurer ainsi une plus grande résistance pendant le prochain été.

C’est également le bon moment pour installer un récupérateur d’eau qui aura tout le loisir de se remplir pendant l’automne et le printemps. Il en existe des modèles de toutes sortes qui pourront faire bonne figure dans votre jardin. Anticipez bien le principe du récupérateur d’eau : vous devez pouvoir en récupérer l’eau… donc veillez à ce qu’il soit équipé d’un robinet ! La plupart des magasins de bricolage et de jardinage proposent des récupérateur d’eau avec le kit complet d’installation (robinet et système de trop plein).

Et surtout, profitez bien, au cœur de votre jardin, des derniers moments de douceur au soleil…

Entretien des espaces publics

Rond Point Jules Ferry 02Depuis le 1er janvier 2017, la réglementation interdit totalement l’utilisation des produits phytosanitaires et des pesticides pour l’entretien des parcs, des massifs, de la voirie et des promenades accessibles au public. Objectifs : moins d’effets négatifs sur l’environnement et notre santé…

Lire la suite

Villages en herbe

Découvrez la série de films courts VILLAGES EN HERBE : dialogue entre habitants, agents techniques, élus, agriculteurs, écologue, paysagiste, jardinier naturaliste, législateur sur le 0 phyto et l’appropriation des espaces publics.

Villages en herbe