Espace citoyens

Espace famille




Facebook
Facebook
Les Clayes-sous-Bois
Twitter_logo2
Twitter
Les Clayes-sous-Bois

Clayes TV


Espace Privé

L’histoire des Clayes-sous-Bois

Des traces du passé subsistent dans le paysage des Clayes-sous-Bois attestant l’existence d’une vie communautaire sur ce site depuis des milliers d’années. Pas à pas, au détour des chemins, nous pouvons ainsi remonter le temps.

L’origine du nom

Notre village avait pour nom Cleta, puis il fut appelé Escleux en 1431, Clayette en 1550 pour s'écrire Claix en 1680 malgré sa dénomination des Clayes dans les pièces d'état civil dès 1654.

Blason_Les_Clayes

Le 24 août 1931, la commune prit officiellement le nom des "Clayes-Sous-Bois" par décret du Président de la République Paul Doumer , à la demande du Conseil Municipal. Les habitants furent appelés Clétiens.

Le blason

Le blason n’a jamais été répertorié. Il comporte selon la science héraldique , un sapin au chef, un autre au flanc dextre, un troisième au flanc senestre surmontant une claie, le tout sur champ d’azur. Il peut se lire « claie sous bois » laissant supposer que sa création date de la dénomination officielle du village à partir de 1931.

De la préhistoire au Moyen-Âge

Dès le Néolithique, à l’âge des premiers élevages, des hommes se sont installés sur le territoire comme le prouvent les bifaces polis, haches taillées et bracelets en bronze découverts et aujourd’hui conservés au musée de St-Germain-en-Laye.

Les vestiges d’une allée pierrée cheminant à travers bois nous mènent au village gaulois relié ainsi à Lutèce, Chartres et Mantes.

Cette voie secondaire, appelée encore aujourd’hui « Chemin aux bœufs », était empruntée par les bovins les plus vaillants venant de Normandie, inspectés à Chavenay et conduits aux marchés de Poissy et St-Germain.

Du Moyen-Âge à la Révolution

L’Empire romain se démantèle et les fiefs morcellent le territoire avec à leur tête un seigneur. Les paysans cultivent ses terres, payent des banalités afin d’utiliser four et moulin en échange de la protection seigneuriale.

Simon de Cloyes lié à la famille des Ducs de Montfort possède les terres des Clayes. En 1118, il aurait construit un château dont l’emplacement demeure incertain, situé à l’Est ou à l’Ouest de l’église.

L’église est le plus ancien édifice de la commune, vestige médiéval dont la nef date du XIème siècle , le chœur et le sanctuaire des XIV et XVème siècles.

Au XIIème siècle, l’évêque de Chartres attribue la cure des Clayes à l’abbaye de St-Cyr. La dîme, redevance destinée au clergé correspondant au dixième de la récolte était recueillie à la Grange aux dîmes située à l’actuel I.M.E., rue Henri Prou.

Ainsi autour de l’église la vie du village s’organise. Puis en 1360, Pierre Potel, écuyer du roi fait construire un hostel seigneurial. Seule l’aile sud a résisté au temps et abrite aujourd’hui la bibliothèque. Plusieurs propriétaires lui ont succédé jusqu’en 1545.

A cette date, Les Clayes-sous-Bois fait partie du Domaine Royal. En 1546, François Ier en fait don à sa favorite Anne de Pisseleu, Duchesse d’Etampes et de Chevreuse. En 1556, Diane de Poitiers, favorite d’Henri II en hérite à son tour. Sous les arcades, trois écussons la représentent en chasseresse, en armure et couronnée de laurier gravant dans le marbre sa présence en ces murs.

La légende nous souffle que Diane aurait planté elle-même le platane, vieux de plus de 400 ans et classé aujourd’hui parmi les Arbres Remarquables. Une « Sauvegarde » accordée au château en 1573 le place sous la protection royale. Cette plaque est encore visible sur la façade de l’hostel.

A partir de la Révolution

A la Révolution, les citoyens dans les Cahiers de Doléances demandent l’abolition des droits seigneuriaux, la suppression des capitaineries leur interdisant de chasser et l’ouverture d’un embranchement du chemin des Clayes à St-Cyr pour se procurer des vivres par le commerce.

Le 26 mars 1790, les citoyens actifs élisent au suffrage direct la première municipalité.

Le curé Le Duc est nommé maire jusqu’en 1791 puis démissionne dû à l’incompatibilité de ses deux tâches. En 1799, l’ingénieur Claude Chappe, créateur du télégraphe aérien met en service la ligne Paris-Brest via Les Clayes-sous-Bois. C’est à la Butte du Moulin alors non boisée, dans la continuité de la rue du moulin actuelle et du sentier sportif que fut installé un poste télégraphique. La ligne est fermée en 1852 et le poste démoli.

Du 19ème siècle à aujourd'hui
Du village à la ville

Au 19 ème siècle, Les Clayes est un village rural d’à peine 300 habitants concentrés sur les actuelles rue Henri Prou et rue des Pinsons. Les Clétiens sont avant tout des cultivateurs. Sur une superficie totale de 612 ha, 586 ha sont cultivés. On y récolte des céréales, pommes de terre et betteraves à sucre. Plus de la moitié du territoire appartient à des fermes.

Le reste est divisé entre de nombreux petits propriétaires qui travaillent eux-mêmes leurs terres.

chateau-ouestEntre 1800 et 1815 la famille Delaborne fait bâtir un château, face à l’ancien hostel et y ajoute la cour et les communs.

Extensions et transformations du village: les premiers lotissements

En 1848, la mairie ne comportant qu’une pièce est aménagée dans une partie de l’ancien presbytère, rue Henri prou. A partir de 1866, l’ancienne Grange aux Dîmes est utilisée comme salle de classe. En 1899, 46 élèves y sont inscrits. A partir de 1861, une ligne de chemin de fer dessert le village.

Dès 1926 Les Clayes-sous-Bois entre dans une nouvelle phase de son histoire. Le village s’agrandit avec l’arrivée des « mal lotis » achetant des lopins de terre pour fuir les logements vétustes et chers de Paris.Quelques baraques en bois présentes dans certains jardins nous rappellent leur aventure et témoignent de l’installation des premiers lotissements.

En 1930, la mairie actuelle est construite et s’entoure d’une nouvelle école afin de faire face à l’expansion du village, en passe de devenir une ville.

Un lieu de séjour prisé par les peintres nabis

La famille Hessel , nouveau propriétaire du château y reçoit le peintre Edouard Vuillard appartenant au groupe des nabis, Tristan Bernard et Léon Blum.

Pendant la seconde guerre mondiale

Pendant la Seconde Guerre Mondiale, les Clétiens connaissent des restrictions et certains d’entre eux participent à l’action des résistants.

L’incendie du château

Le corps du château entre les deux tours brûle en 1944 au départ des troupes allemandes.

L’après-guerre

Dans les années 50 , Les Clayes continue de s’étoffer. A cause de la crise du logement, les futurs occupants organisés en association nommée « les Castors » construisent eux-mêmes leurs pavillons…

Aujourd’hui les Clayes-sous-Bois compte 17 049 habitants, chacun contribuant à écrire les nouvelles pages de son histoire…